Pourtant annoncée officiellement par l’OMS le mardi 25 août 2020 comme «totalement éradiqué» du continent africain, épicentre de la maladie depuis les années 2000, le poliovirus sauvage (PVS), l’agent pathogène responsable de la poliomyélite, refait surface sur le continent.

En effet, des nouveaux cas de poliomyélite ont été enregistrés au Soudan nonobstant la communication faite par l’OMS qui annonçait son éradication totale en Afrique.

Traduction de documents

Au Soudan, la poliomyélite était devenue une histoire ancienne et aucun cas n’était plus enregistré au sein de la population depuis plus d’une décennie, affirme l’Organisation des Nations Unis. Tandis que l’Organisation Mondiale de la Santé affirmait qu’au moins treize personnes ont été affectées par la poliomyélite dans neuf des dix-huit Etats du Soudan depuis la réapparition du premier cas le 9 août dernier.

Le poliovirus vaccinal de type 2 a été identifié dans des prélèvements relevés dans l’Etat de Khartoum, ce qui serait la raison idéale pour indiquer l’éventualité d’une large circulation du virus dans le pays selon l’OCHA. D’autres cas éventuels ont été rapportés aussi du côté de l’Ethiopie, en République Centrafricaine et au Tchad. Ceci fait donc croître les risques de propagation au Soudan, notamment au Darfour, en raison des mouvements de population.