Dans la mouvance de la célébration des indépendances en Afrique, nombreux sont des États qui exigent de leurs anciens colons des réparations du préjudice historique. Le dernier pays en date est le Burundi qui réclame à la Belgique et l’Allemagne des excuses sur le dossier. Aussi, avancent- ils la possibilité de demander une somme de 43 milliards de dollars.

En effet, en appellant la Belgique et l’Allemagne à présenter des excuses formelles, les autorités burundaises ouvrent les débats sur ce qui est toujours resté tabou entre l’Afrique et les anciens colons: à savoir la condamnation de la colonisation. Pour Jean-Claude Ndenzako Karerwa, ancien porte parole de la présidence burundaise,

L’exigence de la réparation de ce crime monstrueux, d’esclavage négrier et de la colonisation, est légitime pour le Burundi et pour les pays qui ont enduré ces crimes.

Si la première phase de la réparation du préjudice colonial revêt un caractère purement symbolique, la deuxième, quant à elle, vise l’indemnisation de 43 milliards de dollars et ce, en conformité avec les conclusions d’un comité d’experts burundais sur la question comme nous l’apprend nos confrères d’Afrique Média.