Ayant un ennemi commun, et face à la récurrence des violences perpétrées par les djihadistes, l’heure est à la consolidation. Ainsi, la Mozambique et la Tanzanie ont conclu est accord afin d’unir leurs forces pour combattre les violences extrémistes qui ont déjà fait une centaine de victimes.

Ledit accord intervient à un moment où des présumés djihadistes mozambicains aient organisé un raid en Tanzanie. Les chefs de police du Mozambique et de la Tanzanie ont signé un protocole d’accord en novembre dernier. Ce sont donc un peu plus de 500 militants présumés arrêtés en Tanzanie qui seront extradés vers le Mozambique.

Formation en rédaction web

Connus par les autochtones sous le nom d’Al-Shabab, ces derniers terrorisent la province mozambicaine de Cabo Delgad, dans le nord du pays. Ils ont notamment multiplié ces derniers mois une série d’attaques violentes visant à établir un califat islamique, qui a fini par s’étendre jusqu’au nord de la Tanzanie. Pour Bernardino Rafael , inspecteur général de la police du Mozambique, face à cet accord, des opérations, conjointes seront menées pour lutter contre les insurgés:

Nous ferons de notre mieux avec le partenariat avec nos homologues des forces de police tanzanienne pour nous assurer que nous sommes capables d’en finir avec les terroristes qui ont mis le feu à 175 maisons et tué des gens.

Les autorités des deux pays fondent donc un espoir commun afin de mettre fin à ces violences qui participent à la destruction de leurs populations.