Alors que le Gabon, à l’instar d’autres pays du monde, traverse une crise sanitaire des plus dévastatrices, Stéphanie YOYO ILOKO, médecin spécialiste en imagerie médicale et entrepreneure a développé une ingénieuse idée de conception des cabines de désinfection mobiles pour lutter contre la propagation du Covid 19. Si l’idée n’est pas nouvelle — tant les exemples foisonnent en Asie, au Gabon, cela reste une innovation technologique. Il a fallu une réelle volonté de sa part, poussée par sa passion pour la recherche et son esprit entrepreneurial pour voir ce qui se fait ailleurs se concrétiser sur le plan local.

En effet, Stéphanie YOYO ILOKO, médecin de carrière, a joué sa partition quant à la protection de ses concitoyens en vue d’une reprise des activités sans grand risque. Inspirée par ce qui se fait en Chine, elle sera au départ freinée par le coût exorbitant pour l’achat et l’acheminement d’une telle cabine jusqu’au Gabon. Sans se décourager, elle fera appelle à plusieurs de ses contacts afin d’envisager la possibilité d’en concevoir directement sur le territoire gabonais.

(c) SkilledIn Magazine

Cette cabine de désinfection est conçue en aluminium. Elle est mobile et peut-être placer à l’entrée de n’importe quel édifice. Elle est notamment composée d’une pompe à haute pression reliée à un système de détection de mouvement. Elle permet de désinfecter par brumisation tout individu qui y entre. Elle possède une cuve de 200 litres d’une solution hydroalcoolique homologuée par les services compétents et recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Cette invention peut être donc utilisée dans n’importe quel espace public.

Notons que le Covid 19 est 100 fois plus petit qu’une bactérie et 1 000 fois plus petit qu’un globule rouge. Sa petite taille le rend hautement volatile et il peut se poser sur une surface et en rester assez longtemps. La désinfection des personnes et de leurs vêtements est donc aussi importante que celle des surfaces où il peut se déposer. La cabine a donc la capacité d’accueillir jusqu’à 1 000 personnes par jour.

Lire aussi  Gabon: Anto Cocagne, une ambassadrice du goût sans frontières

Testée puis vendue depuis 2 mois à la Direction Générale de la Comptabilité et du Trésor Publique, depuis 1 mois à la Caisse de Stabilisation et de Péréquation (Caistab) et depuis 3 semaines au Tribunal de Libreville à la demande du Ministère et de la Justice. Aujourd’hui cette innovation impacte déjà les pays voisins à l’exemple de la Guinée Equatoriale qui en a déjà fait la commande.

C’est pour moi un honneur de pouvoir proposer [cette cabine, ndlr] à mon pays, c’est ma part dans cette lutte […] On voit comment ça marche chez les autres et il faudrait que chez nous aussi ça marche — a confié Stéphanie à la Rédaction de SkilledIn Magazine.