Tout serait parti d’une publication d’images faite ce week-end sur le site internet de la pharmacie Clicks qui qualifiaient d’ « abîmés » les cheveux de femmes noires, en les montant sur une photo d’une femme blonde et blanche en guise d’ironie. Une situation qui a déchaîné la toile forçant par la suite la Compagnie à s’excuser et à retirer le fichier polémique.

En effet, ce sont les partisans du Parti de gauche radical Economic Freedom Fighters ( EFF ) qui ont mené la cadence en organisant des manifestations au seuil des locaux des pharmacies reconnues afin de protester contre une publicité jugée raciste.
Twitter a connu une vitesse de saturation exponentielle de son réseau par des photos de femmes exprimant leurs fiertés par rapport à leurs coiffures, réunies sous le slogan « les cheveux noirs sont normaux ».
Zozibini Tunzi, actuelle Miss Univers sud-africaine, élue avec ses cheveux courts et naturels a témoigné de son soutien à ce mouvement.

Une situation critique d’autant plus que c’est un sujet particulièrement sensible dans le pays. À l’instar de cela, des lycéennes avaient dû manifester en 2016 pour défendre leur droit de porter leurs cheveux au naturel. Et à cette époque, la chevelure noire faisait déjà l’objet de discrimination du temps de l’apartheid. Ainsi, l’EFF souhaite que la chaîne de magasins soit fermée pendant cinq jours.