Ce vendredi 31 juillet 2020, la communauté musulmane célébrera l’Aïd El Kébir, la fête du sacrifice. Communément appelée Tabaski, l’Aïd El Kébir est la plus grande célébration musulmane. Mises à part toutes les considérations religieuses, c’est avant tout un événement rassembleur où toute la communauté islamique communie autour d’un repas en famille ou entre amis.

(c) SkilledIn Magazine

Dans les moments de liesse comme ceux qui entourent la fête de Tabaski, il est difficile de prédire le respect des gestes de prévention contre le Covid 19. Si la restriction de rassemblement, la distanciation sociale et le port du masque sont suivis, cela risquerait de dénaturer l’événement qui se veut populaire. En revanche, les lieux de culte étant toujours fermés dans certains pays et que toute la cérémonie se passera à domicile en toute intimité, on pourrait noter un bafouement des gestes barrières avec un risque élevé de propagation de la maladie.

Nos confrères de Le Point révèlent:

Le 14 juillet dernier, la Commission interministérielle de la Fatwa (avis religieux) s’était prononcée en faveur du maintien du sacrifice des moutons lors de l’Aïd tout en recommandant de prendre toutes les précautions nécessaires et le respect des mesures barrières pour éviter une plus importante prolifération du nouveau coronavirus. La même commission a aussi appelé à accomplir la prière de l’Aïd à domicile, en groupe ou individuellement, sans prêche — peut-on lire.

Lire aussi  Côte-d’Ivoire : Le gouvernement fait le lit à la FinTech

Il faut rappeler que dans un contexte marqué par la pandémie du Covid 19, il convient d’être prudent et d’adopter une attitude responsable pour limiter la propagation du virus qui continue de sévir.