Véritable niche de richesses, la sous-région côtière du Cameroun et de la Guinée Équatoriale abrite un important gisement gazier, géré jusqu’alors par Noble Energy, détentrice d’une grande part des marchés territoriaux et de revenus à l’instar des champs d’Alba avec 33 % de WI inexploité et 32 % de dividendes; le Bloc O avec 51 % de WI et 45 % d’intérêt des dividendes et le Bloc I avec 40 % WI et 38 % d’intérêt des dividendes. Ce sont des portions immenses puisqu’elles représentent 94 millions de barils d’équivalent pétrole de réserves prouvées développées et 38 millions de barils d’équivalent pétrole de réserves prouvées non développées en Guinée Équatoriale. Aussi, la compagnie pétrolière Noble Energy opérait au compte du Bloc YoYo au Cameroun et du bloc en eau profonde de Doujou Dak au Gabon, où elle effectuait une étude des données sismiques 3D récemment acquises.

(c) SkilledIn Magazine

C’est donc une acquisition qui se chiffre à hauteur de 13 milliards de dollars par Chevron Corporation, la seconde compagnie en matière d’exploitation pétrolière aux États-Unis et la sixième à l’échelle mondiale.

Lire aussi  Covid 19 : Les entreprises camerounaises dans la tourmente

Par cette fusion-acquisition, la Chambre Africaine de l’Énergie garde espoir que la Chevron Corporation en titre d’officier opérateur du méga-hub gazier offshore pourrait être transformatrice pour le futur du gaz dans la sous-région d’Afrique centrale, surtout à l’heure où la Guinée Équatoriale, le Cameroun, le Gabon et le Congo accumulent les efforts pour monétiser leurs réserves nationales de gaz.