C’est un Sud-africain, le Dr Patrice Motsepe qui a été élu, ce vendredi à Rabat, nouveau président de la Confédération africaine de football (CAF) pour un mandat de cinq ans, succédant ainsi au Malgache Ahmad Ahmad.

À l’occasion de sa 43e assemblée générale organisée ce vendredi 12 mars 2021 à Rabat au Maroc, la Confédération africaine de football (CAF) est passé aux urnes afin de donner un nouveau visage à la présidence de cette institution. C’est en effet logiquement le Sud-africain Patrice Motsepe qui est élu 8e président après s’être retrouvé seul dans la course suite au retrait de l’Ivoirien Jacques Anouma, du Sénégalais Augustin Senghor et du Mauritanien Ahmed Yahya.

Ce n’est pas la première fois que les instances du football africaines et mondiales font confiance au pays des Zoulous, un pays doté d’une grande expérience en terme d’organisation de grands événements à l’exemple de la coupe du monde 2010. Patrice Motsepe reflète bien la philosophie managérial de son pays. À 59 ans, il est le président du plus important club sud-africain, le Mamelodi Sundowns FC qu’il a acquis en 2014. À la tête de ce club, il remporte la Ligue des champions de la CAF en 2016 et la Supercoupe d’Afrique en 2017.

Un homme tout aussi proche du président Cyril Ramaphosa dont il est le beau-frère, Patrice Motsepe a des valeurs discrètes et aime agir dans l’ombre loin des feux des projecteurs. Une donne qui pourrait potentiellement changer avec ses nouvelles fonctions de président de la CAF.

À cette assise de la grande famille du football continental, plusieurs autres personnalités du football africain ont été désignées à divers postes. Sur le principe d’un accord conclu récemment, le Sénégalais Augustin Senghor est devenu le Premier vice-président et le Mauritanien Ahmed Yahya devient le deuxième vice-président de l’instance. L’Ivoirien Jacques Anouma devrait être nommé Conseil spécial de Patrice Motsepe. Le Marocain Fouzi Lekjaa et le Nigérian Amaju Pinnick sont respectivement troisième et quatrième vice-président. Le Béninois Mathurin de Chacus a été désigné par acclamation par les délégués des 52 associations nationales (Tchad et Érythrée absents) au poste du Conseil de la FIFA, zone francophone.

Une belle équipe qui accompagnera le nouveau président dans sa vision. Dans son programme pour les quatre prochaines années, il prévoit notamment le maintien du siège de la CAF au Caire, contrairement à sa volonté de départ de déménager les quartiers du football africain en Afrique du Sud. L’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations tous les deux ans est également maintenue. Le nouveau patron de la CAF entend également mettre un accent sur l’attractivité des sponsors privés pour mieux financer le football à l’échelle continentale.

Au sortir de cet événement électoral,

« C’est un immense honneur pour moi » a dit l’homme d’affaires Sud-africain qui avait été adoubé par la FIFA et son président Gianni Infantino, en saluant « l’unité » de l’organisation.

Le football africain franchira t-il un cap pour ces prochaines années ? Le maçon est jugé au pied du mur dit le dicton, alors, seul le temps nous situera.