L’Organisation Mondiale du commerce (OMC) a confirmé ce lundi 15 à Genève le choix de son nouveau Directeur Général. Le Dr Ngozi OKONJO-IWEALA est la toute première femme à prendre les reines de cette organisation. Autrefois rayonnante, l’OMC est gangréné d’une part par l’absence de consensus et d’autre part par la montée du nationalisme. Les défis sont donc énormes pour le successeur du brésilien Roberto AZEVEDO qui hérite d’une institution quasi-paralysée et qui n’arrive plus à remplir correctement sa mission.

Traduction de documents

Au départ de la course, Il y avait huit candidats en lice pour le poste de Directeur Général de l’OMC. De huit, ils sont passés à cinq, puis seulement deux. Au mois de mai, le Brésilien Roberto AZEVEDO annonce son départ du poste de Directeur Général un an avant la fin de son deuxième mandat de quatre ans.

Selon Géneviève DUFOUR, professeur de Droit International Economique à l’Université de Sherbrooke : « Le choix d’un nouveau Directeur Général est un processus très opaque », c’est-à-dire, cela devrait être le fruit d’une décision unanime de ses cent soixante-quatre (164) pays membres.

Contre toute attente, l’ex Président Américain Donald Trump avait annoncé son soutien à l’ancienne Ministre de Commerce de la Corée du Sud alors que toutes les autres voix semblaient se ranger derrière la candidate du Nigeria. Il y a de cela quelques jours, nous avons assisté à un revirement de situation : la démission de l’ancienne Ministre du Commerce Sud-Coréenne et le ralliement de l’administration Biden pour appuyer la candidature de la Nigériane. Cette fois-ci la voie royale lui était désormais ouverte pour devenir le nouveau patron de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). La réunion extraordinaire du Conseil Général de l’OMC de ce lundi 15 février avait pour but de confirmer le Dr Ngozi OKONJO-IWEALA comme nouveau patron de l’OMC pour les quatre prochaines années.

Lire aussi  Journée Internationale de la Femme Africaine: Les figures de la lutte féminine depuis 1962

Un parcours impressionnant

Le Dr Ngozi OKONJO-IWEALA est née en 1954 à Ogwashi-Ukwu, dans le delta du Niger. Elle a passé une bonne partie de sa vie aux Etats-Unis. Diplômée de l’Université Harvard et du MIT, l’économiste a deux fois été Ministre des Finances de son pays. Elle s’est hissée au rang de numéro deux de la Banque Mondiale et préside actuellement une organisation favorisant l’accès à la vaccination en Afrique.

Comme Ministre des Finances, elle a marqué les esprits par ses actions. Notamment combattre la corruption et réduire la dette publique du Nigeria. Elle fait partie des rares femmes à avoir exercé d’importantes responsabilités politiques dans le pays le plus peuplé d’Afrique.

Nouveaux défis

Depuis près de vingt ans l’OMC n’a pas pris en compte des enjeux propres aux pays en voie de développement et la guerre commerciale entre certains Etats notamment la Chine et les Etats-Unis. La tâche du Directeur Général s’annonce donc titanesque.

La nomination de la Nigériane peut donner un coup de fouet aux efforts du continent pour occuper une place dans le commerce international qui corresponde à son poids réel et à ses potentialités.

Stévy-Michel MEBALE