.cd est le domaine de premier niveau national (country code top level domain: ccTLD) réservé à la République Démocratique du Congo. Il a été créé en 1997 pour remplacer le .zr (Zaïre), qui a été mis hors-service en 2001 — nous renseigne Wikipédia.

Dans la journée du 03 août 2020, la (quasi-) totalité des sites internet avec l’extension de noms de domaine en .cd sont  réstés inaccessibles pour des raisons encore non élucidées. Ce qui s’apparente, de prime abord, à un bug informatique des plus sérieux a également touché les sites des institutions gouvernementales et des administrations publiques telles que la Présidence de la République (www.presidence.cd), le Sénat (www.senat.cd) et la Primature (www.primature.cd).

(c) SkilledIn Magazine

Ironie du sort, le site internet (www.scpt.cd) de la Société Congolaise des Postes et Télécommunications (SCPT) qui est une entreprise publique du service postal et de télécommunications de la République Démocratique du Congo, mais également l’opérateur public assurant la gestion de l’extension .cd depuis 2017 était aussi hors service.

Ce dysfonctionnement aux conséquences fâcheuses soulève la problématique du développement et de la fiabilité des infrastructures numériques dans le pays, en particulier et sur l’ensemble du continent, en général.

Lire aussi  ASECNA : Mohamed Moussa reconduit à la tête de la direction

À l’heure où nous publions cet article, la situation semble revenue à la normale mais les réactions dissidentes ont commencéà se multiplier dans la communauté des webinautes. L’association des Médias d’Information en Ligne de la RDC (MILRDC), membre de l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC) pointe du doigt la SCPT pour sa gestion scabreuse de l’instition et présente ses excuses aux internautes qui consultent quotidiennement les sites des médias-membres utilisant l’extension . cd.