Victime des rafles du nouveau coronavirus entraînant une piètre évolution de la trésorerie et de l’assaut de la réouverture des frontières graduelle, la compagnie aérienne Royale Air Maroc envisage procéder à une sévère réduction des effectifs en lançant un plan de sauvetage conclu avec le gouvernement, dont l’objectif fixé est la suppression de 858 salariés dont 180 pilotes, environ 500 hôtesses de l’air et stewards, et du personnel au sol employé par la filiale Atlas Multi Service.

Le PDG de Royal Air Maroc ( RAM ), Abdelhamid Addou dans son programme, entend « Réduire la voilure pour préserver l’essentiel ».

En effet, après avoir fait 140 victimes au titre de départ volontaire, place maintenant au licenciement économique lancé le 25 août dernier visant les 140 autres salariés restants. Les Quatre Embraer de la compagnie ont été mis en vente.

« Au vu de la reprise lente, voire inexistante, de l’activité aérienne, nous ne sommes pas à l’abri d’une aggravation de la situation et à une réduction de voilure encore plus importante que prévue, » confirme à JA Abdelhamid Addou, PDG de la RAM. « Le chiffre de 858 n’est pas fortuit, il tient compte du personnel naviguant et du personnel au sol liés aux 20 appareils que nous avons décidé de retirer de l’exploitation. »

Plutôt dire que cela sonne comme le grand ménage dans la famille aérienne marocaine.