Le Nigérien Mohamed Moussa, Directeur Général de l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) depuis janvier 2017 envisage se représenter à sa propre succession. Faisant preuve d’un grand caractère managérial, Mohamed Moussa est résolu à l’idée de se lancer dans un second mandat à la tête de l’ASECNA. En effet, ancien ministre nigérien de l’Intérieur et des Transports, l’ingénieur en navigation aérienne Mohamed Moussa est un ancien cadre de l’ASECNA au sein de laquelle il a fait presque toute sa carrière jusqu’à occuper plusieurs postes de responsabilités en tant que chef de service des projets, chef du département maintenance, directeur de l’école Régionale de la Navigation Aérienne et du Management (ERNAM ), représentant en maintenance puis aux Comores et Directeur des ressources humaines de l’ASECNA. Il peut également se congratuler d’être aussi le conseiller économique du Premier ministre du Niger et d’avoir été avant sa désignation le responsable de la cellule d’Appui aux partenaires Publics-Privés (PPP).

(c) SkilledIn Magazine

Mohamed Moussa peut compter sur son parcours positif axé sur 4 points, singulièrement sur le plan technologique et de l’exploitation avec la mise en œuvre du guidage radar qui permet aujourd’hui à l’Agence de rendre un service de contrôle de la circulation aérienne plus flexible et de permettre aux compagnies aériennes d’économiser en carburant ; la mise en œuvre de l’ADS-B qui permet d’assurer la surveillance de l’ensemble de l’espace aérien (16 millions de kilomètres-carrés) géré par l’agence, ce qui a valu à l’ASECNA la reconnaissance de la faîtière mondiale des fournisseurs de service de navigation aérienne (CANSO); les études très avancées dans la mise en œuvre du SBAS qui a amené l’OACI à ériger l’ASECNA en fournisseur de services SBAS pour l’Afrique. Aussi sur le plan stratégique, la promotion du Ciel Unique Pour l’Afrique (CUPA) qui va permettre à terme d’unifier tout l’espace aérien africain en termes de contrôle de la navigation aérienne ; ajouter à cela sur les plans des ressources humaines et des relations professionnelles les bilans sont rentables.

Lire aussi  Emploi: Deux opportunités professionnelles à l'ASECNA

Sur un plan financier, la remise à flot des finances de l’agence qui semblaient mal en point au moment de sa prise de fonction en janvier 2017 est un atout non négligeable. Avec l’aboutissement de la confiance retrouvée des bailleurs de fonds et le financement en cours du PSE 2018-2022 qui se chiffre à plus de 400 milliards de Franc CFA. Pour son second mandat, Mohamed Moussa entend asseoir définitivement la mission de fournisseur de service SBAS pour l’Afrique et poursuivre le renforcement des fondamentaux économiques et financiers de l’Agence, notamment dans la période de l’après Covid 19. Ce sont trois challenges majeurs, qui à eux seuls, justifient l’intérêt d’un second mandat pour ce dernier.