L e début de l’année 2020 a été paralysé par une dangereuse pandémie née en Chine et nommée Covid 19. Cette pandémie fait des ravages dans le monde, affectant en particulier les pays d’Europe et d’Asie, et entraînant ainsi un certain nombre de mesures – la fermeture des frontières et des lieux de rassemblement, la réduction des heures de travail, la limitation du nombre de personnes dans les transports en commun, le couvre-feu, le confinement total, entre autres – pour lutter contre sa propagation. De même, des gestes appelés « mesures barrières » ont été mis en place et imposé à tous les individus à travers diverses campagnes de sensibilisation.

Cependant, après plusieurs mois de confinement domiciliaire et de suspension des activités économiques, beaucoup de pays procèdent à un déconfinement progressif et à la reprise des activités. Le confinement et les différentes mesures barrières ont prouvé leur efficacité face à la limitation de la propagation du Covid 19. En Afrique, un grand nombre de cas testés positifs ont déjà guérit. Au Gabon, comme l’indique la Situation Epidémiologique du Gabon publiée par le Comité de Pilotage du Plan de Veille et de Riposte contre l’Epidémie à Coronavirus (COPIL – Coronavirus) le 29 juin 2020, 2 420 personnes sont guéris 2 932 cas actifs. De plus, l’impact au niveau des décès reste mineur par rapport aux statistiques enregistrées en Europe et en Asie. Le journal Le Monde estimait à 3,65% l’impact de la crise liée au coronavirus en Afrique et à 1,9% le taux de décès. Ce jeudi 02 juillet 2020, selon les Centres Africains de Contrôle et de Prévention des Maladies, Africa CDC, le continent Africain dénombrait 414 011 cas contaminés et 10 260 décès.

Mais le déconfinement qui permet la réouverture des frontières constitue un risque permanent qui doit entrainer des mesures renforcées pour éviter de rehausser le nombre de cas déjà très importants. LaCroix, dans un article du 10 juin 2020, déplore le cas de la Côte d’Ivoire, déconfinée le 15 mai 2020 à cause du faible nombre de cas, qui a replongé dans le non-respect des gestes barrières dû à l’insouciance, ce qui a conduit à la ré-augmentation du nombre de cas positifs au Covid 19. Un scénario plus qu’évident vu la réouverture des débits de boissons et lieux à forte concentration de personnes. Des lieux où il est impossible de respecter la distanciation sociale, le port du masque et la désinfection régulière des mains à l’eau savonneuse ou au gel hydroalcoolique.

Des résultats non négligeables qui doivent interpeller à la vigilance des gouvernements de chaque pays du continent avec leurs proches voisins territoriaux à travers les échanges qu’impliquent la réouverture des frontières. Si l’impact de la pandémie a baissé, l’objectif n’est pas atteint, car à tout moment, les conséquences de ce relâchement pourraient s’avérer désastreuses si des dispositions préalables au déconfinement ne font pas l’objet de campagnes de sensibilisations pour bien faire comprendre aux populations que la pandémie existe toujours, et dans de telles conditions, le déconfinement n’est pas synonyme de relâchement.

SM 2020