Les faits se sont déroulés dans la nuit du 27 février 2021 au pk 7, le rappeur gabonais Garçin L’agaçant, s’est fait passer à tabac par la police, du fait d’être “debout devant chez lui…Il était 23 h”. Suite à ces méfaits, l’artiste répond en utilisant son talent : la musique.

Dans un style, tout à fait rythmant, Garçin dénonce, dans son single, les abus d’autorité dont il a été victime. Il introduit ses propos par une métaphore bien connue du public gabonais :

Si on t’explique le Gabon et que tu dis que tu as compris, c’est que tu n’as pas compris, et si on t’explique le Gabon et que tu n’as pas compris, là, tu auras compris le Gabon.

Accumulé de coups de matraques et de fusil sur la nuque, le rappeur explique dans son single qu’il se trouvait devant chez lui lors des faits, aux alentours de 23 h, puis la police l’ayant confondu avec des fouteurs de trouble, s’est mis à l’agresser en sortant des propos violents et grossiers.

Tu vas payer les peaux cassées, … N’est-ce pas tu es un gangster aujourd’hui là, on va te baiser.

Ces derniers,

Ils ne se sont pas arrêtés là, ils sont rentrés dans ma chambre, ils ont soulevé mes deux petits frères et le plus jeune convalescent, décrit-il en musique.

Il faut dire que les violences policières sont d’actualité au Gabon et suscitent déjà plusieurs réactions notamment chez les artistes gabonais. https://youtu.be/xi7xQgsnBl4